Productions indépendantes

Depuis quelques années, le FICFA est devenu un fer de lance dans la production de courts métrages de fiction et expérimentaux en Acadie. Voici les productions les plus récentes du festival, des Séries FICFA et du VAM : 

TOURNE À QUÉBEC


C’est avec grand plaisir que le Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) et Spira fêtent le cinquième anniversaire du projet TOURNE À QUÉBEC! Ainsi, les organismes invitent les réalisateurs et réalisatrices acadien-nes à déposer leur projet de film afin d’avoir la chance d’aller le tourner dans la ville de Québec.

Nouveauté cette année : les projets documentaires et expérimentaux sont maintenant acceptés. 

Par ce projet, le FICFA et Spira souhaitent permettre à un-e cinéaste acadien-ne de vivre une expérience de réalisation dans la ville de Québec. Comme Spira et le FICFA oeuvrent dans le cinéma indépendant, une grande latitude sera laissée à l’artiste sélectionné-e qui pourra expérimenter. L’équipement et l’encadrement à Québec seront fournis par Spira et la coordination du projet sera assurée conjointement par Spira et le FICFA. Le projet réalisé sera par la suite projeté à Québec et à Moncton.

En 2015, c’est le réalisateur Justin Guitard qui s’est rendu à Québec pour le tournage de son court métrage Presqu’aussi vierge que la vierge. Il sera présenté en grande première au FICFA en novembre 2015, puis à Québec lors d’une soirée de projection le 26 novembre 2015.


Justin Guitard en tournage. Photo : Louise Cambrésy

Spira

Issu de la fusion entre Vidéo Femmes et Spirafilm (1977) en février 2015, Spira est une coopérative vouée au cinéma indépendant. Par ses différents programmes de soutien à la création, dont son programme de location d’équipements, Spira est impliqué dans la production d'une trentaine d’œuvres par année. Spira distribue des oeuvres sur les différents marchés au Canada et à l'étranger. La coopérative met sur pied des projets collectifs de création qui favorisent le développement de ses membres. L'offre de formations et de classes de maître, d'activités de réseautage et de projections contribue au dynamisme et au développement de la communauté cinématographique de Québec.

Le projet

Par le projet de résidence d’artiste, le FICFA et Spira souhaitent permettre l’échange et le développement des compétences. Pour ce faire, sur une période de séjour d’environ 6 jours, le réalisateur ou la réalisatrice et son équipe tourneront un court métrage ne dépassant pas un total de sept minutes. Le projet de film proposé doit soit s’inscrire dans la réalité de Québec, s’inspirer de la Ville de Québec (son histoire, son présent, son futur), mettre en lumière une particularité de Québec...

Les œuvres peuvent être de genre fiction, documentaire ou expérimental.

Pour la fiction : Une équipe de tournage sera recrutée par Spira et un-e conseiller-ère à la scénarisation accompagnera le ou la cinéaste pour bonifier son court métrage. 

Pour le documentaire et l’expérimental : Une petite équipe de tournage sera recrutée par Spira et le ou la cinéaste pourra être accompagné-e d’un-e mentor de Québec. Cette personne mentor pourra accompagner le ou la cinéaste dans sa démarche en fonction de ses besoins spécifiques. Ex : travail de pellicule, scénarisation documentaire, tournage sous l’eau, etc.

Pour tous les types de projet, les équipements de tournage et l’accès à la salle de postproduction seront fournis par Spira.

La personne sélectionnée sera encadrée par Spira qui s’occupera de trouver les ressources humaines nécessaires à la complétion d’une petite équipe de tournage (Directeur-trice de la photographie, preneur-euse de son, machiniste, électro, directeur-trice artistique, comédien-nes, monteur- teuse). Le tournage doit être réalisable dans un délai de 1 ou 2 jours maximum. La postproduction du film sera faite dans les locaux de Spira.

Tourne à Québec est appuyé par
 la Direction des arts du Nouveau-Brunswick et le Secrétariat des affaires intergouvernementales canadiennes du Québec via le Programme de coopération Québec-Nouveau-Brunswick

Pour plus d'informations sur l'édition 2015 de Tourne à Québec, consultez le formulaire ici.


Gagnante de la cinquième édition en 2015 :

Emmanuelle Landry


           
Emmanuelle Landry est née en 1980 dans le petit village de Robertsonville, au Québec. Elle a habité Trois-Rivières avant de déménager à Moncton en 2000. Après un bac multidisciplinaire en photographie-littérature-biologie et deux années de maîtrise en environnement à l'Université de Moncton, elle a été animatrice de radio et directrice de la programmation à CKUM pendant ses études universitaires.  Depuis 2008, elle a été assistante à la réalisation, médiathécaire et présentatrice météo à Radio-Canada Acadie. Elle occupe maintenant un poste permanent de locutrice/sous-titreuse.
Elle se décrit comme ayant toujours été une grande cinéphile. « Je suis particulièrement intéressée par le genre surréaliste (à la Jean-Pierre Jeunet et Tim Burton). J'ai adoré conseiller les gens en cinéma au Spin-It Video où j'y ai travaillé pendant 5 ans. »

En 2013, elle a fait son premier court-métrage, en collaboration avec Kevin McIntyre : « Détruis - rien - la chose la plus importante », dans le cadre d'Objectifs Obliques au FICFA. En plus du cinéma, elle est une passionnée des voyages, la randonnée, les petits mammifères, le yoga, les déguisements étranges et les desserts.
Gagnant de la quatrième édition en 2014 :

Justin Guitard


Photo : Ludger Beaulieu

Âgé de 26 ans, Justin Guitard est un artiste pluridisciplinaire qui compte déjà un imposant bagage. Après avoir cumulé plus de 500 heures d’animation en télévision à la barre des émissions « 2 bon’heures » et « Ça s’passe au Sud Est », il a animé plus de 1000 heures en direct à la radio comme « morning-man » dans la région du Grand Moncton. Il est également un joueur d’improvisation, ayant remporté quatre championnats universitaires, dont trois à Moncton.

En 2012, il est passé de l’autre côté de la caméra, comme réalisateur et scénariste, avec son premier documentaire, « Une affaire de famille », film primé au FIFCA et aux Rendez-vous du cinéma québécois à Montréal. L’œuvre a été vu plus de 10,000 fois, en salle et sur le site web de l’ONF.

Titulaire de deux baccalauréats, un en littérature et l’autre en Éducation, avec une double majeure en français et en histoire, Justin est également enseignant à l’école l’Odyssée de Moncton depuis 2012. Son tournage a eu lieu dans le cadre d'une résidence chez Spirafilm en mai 2015.


Gagnant de la 3e édition en 2013 :

Gilles Doiron


C'est à l'âge de 14 ans que Gilles a pris son premier contrat en production vidéo. Il devait sauter des clôtures et traverser des autoroutes pour se rendre au travail après l'école. Comme opérateur de caméra, il était chargé de filmer des athlètes pour qu'ils puissent se perfectionner en s'analysant sur vidéo.

Plusieurs années plus tard, il a quitté sa ville natale de Dieppe pour entreprendre des études à la Toronto Film School. Avide de mettre en pratique ses nouvelles connaissances, il ne manqua pas une occasion de se porter volontaire pour participer aux productions de ses collègues. C'est pendant ses études qu'il a découvert son désir de se spécialiser comme réalisateur et directeur de la photographie. Gilles a reçu son diplôme avec distinction en 2008. Après être déménagé à Montréal et y a avoir travaillé pendant un an sous le titre de son entreprise Tape It Up Productions, il s'est rendu compte qu'il voulait revenir s'installer dans les Maritimes. C'est avec la mission de contribuer à faire fleurir l'industrie du film au Nouveau-Brunswick qu'il est revenu. Il a donc fait la tournée des écoles de la province pour offrir des ateliers de film. S'il aidait à assurer l'avenir de l'industrie, il savait également que plus il enseignait, plus il consolidait ses connaissances pour qu'elles lui deviennent inhérentes.

De retour dans la région du Grand Moncton, Gilles décida de se joindre à Botsford Productions avec Jean-Marc Goguen et son frère Martin Goguen. Maintenant appuyé d'une équipe, il peut laisser libre cours à sa vive imagination, entreprendre des projets plus ambitieux et accroître la portée de son art.

Film : LA FORMATION D'EDMOND

Réalisation : Gilles Doiron
Direction photo : Julie Pelletier
Prise de son : Julia Innes
Montage : Stéphane Thériault
Musique : Sébastien Michaud
Avec :  Joël Fillion, Philémon Goulet, Mélodie Minville
Production : Spirafilm, FICFA

Synopsis : 
Lorsqu'un petit-fils se rend compte que son grand-père n'a jamais appris à faire du vélo, il lui propose une formation spécialisée.



Gagnant de la 2e édition en 2012 : 

Jean-Michel Vienneau


Jean-Michel Vienneau a fait ses débuts en télévision et en cinéma en tant qu’assistant à la  production il y a trois ans. Œuvrant principalement en coordination et direction de production, il  a eu la chance de réaliser son premier court-métrage, OUTouest (premier film improvisé du FICFA) en automne 2012. Il est né à Petit-Rocher au Nouveau-Brunswick.




Film : BARRAGE
Réalisation et scénario : Jean-Michel Vienneau
Direction photo : François Gamache
Montage : François Mercier
Avec :  Dominic Desnoyers et  Alex Martel
Production : Spirafilm, FICFA

Un jeune militant écologiste tente de se rendre à la rivière Romaine sur le pouce pour manifester contre la construction d'un barrage hydroélectrique. En chemin vers le site, Réal, le contremaître du chantier, s’arrête par erreur et se voit dans l'obligation d'embarquer Alex.
Une conversation forcée s'engage entre les deux personnages que tout oppose.
Diffusé en première au FICFA en novembre 2013.


Barrage from FICFA on Vimeo.




Gagnant de la première édition en 2011 :

Julien Cadieux


Julien Cadieux étudie la production cinématographique à l’Université Concordia, puis scénarise, réalise et monte plusieurs courts métrages. Coréalisateur d’une série télévisée, il collabore à des spectacles mariant vidéo et danse.






Film : JULIE AU BOIS

Réalisation et scénario : Julien Cadieux
Image : François Gamache
Montage : Karim Haroun
Direction artistique : Amélie Bédard
Son : Pascal Plante, Juan Fernandez
Musique : Émilie Serri, Greg Smith
Interprètes principaux : Claudie Landry, Pascal Plante
Production : Spirafilm, FICFA

Synopsis : La veille de ses 18 ans, Julie quitte sa région acadienne pour aller célébrer avec sa cousine à Québec, dans de vrais bars, avec du vrai alcool et de vraies cartes d’identité.

Diffusé au FICFA, aux Rendez-vous du cinéma québécois et au Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand.

JULIE AU BOIS from FICFA on Vimeo.


 


LE FILM IMPROVISÉ DU FICFA


Un autre partenariat avec Spirafilm, le Film improvisé du FICFA permet à un créateur œuvrant dans le cinéma acadien de faire sa première réalisation. Durant le FICFA, la personne choisie doit concevoir un court métrage en se basant sur un proverbe soumis par un membre du public et le produire en trois jours. Le film est ensuite présenté en primeur à la clôture du FICFA. Ce projet a vu le jour en novembre 2012, lors de la 26e édition du FICFA.

Film impro 2015

PLAYBACK



Réalisation : Eric Arsenault
Scénario : Eric Arsenault, Albénie Delacôte
Caméra : Gilles Doiron
Montage : François Mercier
Prise de son : François Mercier
Tech plateau : Alexandre-Hugo Louis-Seize
Interprétation : Denise Bouchard, Réal Arsenault
Coordination : Catherine Benoit
Production : Spirafilm, FICFA

Basé sur la phrase : « Lentement mais surement », soumise par Carole Arsenault.


Film impro 2014

LA LICORNE ET LE SINGE

Réalisation : Emmanuelle Landry
Caméra : Ian Lagarde
Montage : Louis Blackburn
Prise de son : Georges Hannan
Tech caméra : Gilles Doiron
Interprétation : Emmanuelle Landry, Amélie Bryar, Christine Comeau, Julie Doucette, Erik Arseneault, Gilles Doiron, Tracy Petukhov
Narration : Michel Doucet
Coordination : Catherine Benoit
Production : Spirafilm, FICFA

Basé sur le dicton : « Mange ta main, garde l'autre pour demain », soumis par Philip André Colette.

À propos de la réalisatrice...


Emmanuelle Landry est née en 1980 dans le petit village de Robertsonville, au Québec. Elle a habité Trois-Rivières avant de déménager à Moncton en 2000. Après un bac multidisciplinaire en photographie-littérature-biologie et deux années de maîtrise en environnement à l'Université de Moncton, elle a été animatrice de radio et directrice de la programmation à CKUM pendant ses études universitaires.  Depuis 2008, elle a été assistante à la réalisation, médiathécaire et présentatrice météo à Radio-Canada Acadie. Elle occupe maintenant un poste permanent de locutrice/sous-titreuse.

Elle se décrit comme ayant toujours été une grande cinéphile. « Je suis particulièrement intéressée par le genre surréaliste (à la Jean-Pierre Jeunet et Tim Burton). J'ai adoré conseiller les gens en cinéma au Spin-It Video où j'y ai travaillé pendant 5 ans. »

En 2013, elle a fait son premier court-métrage, en collaboration avec Kevin McIntyre : « Détruis - rien - la chose la plus importante », dans le cadre d'Objectifs Obliques au FICFA. En plus du cinéma, elle est une passionnée des voyages, la randonnée, les petits mammifères, le yoga, les déguisements étranges et les desserts.






Film impro 2013

DANS UNE HEURE, TOUT VA ÊTRE FINI

Réalisation et scénario : Emmanuel Albert
Image : Blake Stilwell
Son : François Mercier
Montage : François Mercier
Production : Spirafilm, FICFA

Une jeune femme a une conversation à sens unique. Une heure qui déterminera le cours de plusieurs vies.

Basé sur le proverbe «Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt» soumis par Denise Bouchard.



Dans une heure, tout va être fini from FICFA on Vimeo.


À propos du réalisateur...



Originaire de Lac-Baker, NB, Emmanuel demeure à Moncton depuis 2003 et est présentement monteur en ligne chez The PostMan. DANS UNE HEURE, TOUT VA ÊTRE FINI est sa première réalisation professionnelle.






Film impro 2012

OUTouest

Réalisation et scénario : Jean-Michel Vienneau
Direction photo : François Gamache
Prise de son : Georges Hannan
Montage image et son : François Mercier
Avec : Nick Locke (jeune homme), Eric Arsenault (voix jeune homme), Yolande Bourgeois (voix mère), Marc “Chops” Arsenault (voix père)
Production : SpiraFilm/FICFA

C’est à contre-coeur qu’un jeune Acadien se retrouve dans le territoire du pétrole pour y trouver l’abondance du travail et la solitude qu’apporte le nouveau mode de vie du “Fly in fly out”.

Basé sur le proverbe «Restera toujours la main gauche pour écrire ce que la main droite ne peut plus dire» fourni par Francine Grégoire. Diffusé au FICFA, aux Rendez-vous du cinéma québécois et au Festival de Cannes dans le cadre du programme Talent tout court de Téléfilm Canada.

OUTouest (with English subtitles) from FICFA on Vimeo.


À propos du réalisateur...

Jean-Michel Vienneau a fait ses débuts en télévision et en cinéma en tant qu’assistant à la  production il y a trois ans. Œuvrant principalement en coordination et direction de production,OUTouest est sa première réalisation. Il est né à Petit-Rocher au Nouveau-Brunswick.


Le Film impro du FICFA est appuyé par la Direction des arts du Nouveau-Brunswick et le Secrétariat des affaires intergouvernementales canadiennes du Québec via le Programme de coopération Québec-Nouveau-Brunswick et la collaboration de Equifilm.






Dans le cadre d’Objectifs obliques, un projet du volet Arts médiatiques ou VAM du FICFA, des courts métrages sont créés à partir de cartes tirées du jeu ''Oblique Strategies - Over One Hundred Worthwhile Dilemmas'', créé en 1975 par Brian Eno et Peter Schmidt. Les participant sont sélectionnés par la commissaire du VAM, Angèle Cormier. En 2014, les films suivants ont été créés :

HIFI Normal

De Léandre Bourgeois et Amanda Dawn Christie
Carte tirée : Vers l'insignifiant / Going towards the insignificant

Sélections : Halifax Independent Filmmakers Festival 2015
Celluloid Experiment, Fantasia 2015
WNDX 2015
Programmes du Groupe d'intervention vidéo (Montréal) et AFCOOP (Halifax) 2015







Ne change rien et continue avec une consistence immaculée

D'Alisa Arsenault et Annie France Noël
Carte tirée : Ne change tien et continue avec une consistence immaculée / Change nothing and continue with immaculate consistency

Sélection : Silver Wave Film Festival 2015




Courage!

De Brune Gayer et Éric Arsenault
Carte tirée : Courage!








Rend le sous-entendu plus défini (renforce, reproduit)

De Julie Aubé et Paul Aubé
Carte tirée : Rend le sous-entendu plus défini (renforce, reproduit) / Make something implied more definite (reinforce, duplicate)







L'objet

De Louis-Philippe Chiasson et Fredéric Laforge
Carte tirée : Le centre d'un très petit objet / A very small object - its centre








All doors locked

De Jean-Marc Goguen et Samuel Malenfant
Carte tirée : Donne de la valeur à un espace vierge en le plaçant dans un cadre exquis / Which frame would make this look right?

Sélection : Talent tout court de Téléfilm Canada, Cannes 2015
Silver Wave Film Festival 2015




Visionnez le ''making of'' d'Objectifs obliques 2014, produit par Atlas Films :

FICFA Objectifs obliques 2014 'Behind the Scenes' from atlas films on Vimeo.




Objectifs obliques 2013 : 


Respire plus profondément / Breathe more deeply

Breathe More Deeply / Respire plus profondément from FICFA on Vimeo.



De Mathieu Léger et Vanessa Moeller
Carte tirée : Respire plus profondément / Breathe more deeply


Memramcook Memramcook

Memramcook Memramcook from FICFA on Vimeo.



De Rémi Belliveau et Chris LeBlanc
Carte tirée : Comment l’aurais-tu fait? / How would you have done it?


Jimmy

Jimmy from FICFA on Vimeo.



De Worlds Collide (John Jerome, pAn et Loiseau Louis)
Carte tirée : Résiste (en apparence) au changement / Overtly resist change

Sélections : Talent tout court de Téléfilm Canada, Festival de Cannes 2014
Island Media Arts Festival, Charlottetown 2014
Silver Wave Film Festival 2014
Espace Court, Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue 2014
Cinema on the Bayou, Lafayette, 2015


Honore ton erreur comme une intention cachée

Honore ton erreur comme une intention cachée from FICFA on Vimeo.



De Emmanuel Albert et Annie-France Noël
Carte tirée : Honore ton erreur comme une intention cachée/ Honour thy error as a hidden intention

Sélection : Silver Wave Film Festival 2014

Détruis - rien - la chose la plus importante

Détruis - rien - la chose la plus importante from FICFA on Vimeo.



De Emmanuelle Landry et Kevin McIntyre
Carte tirée : Détruis - rien- la chose la plus importante / Destroy - Nothing - The most inspiring thing

Sélection : Island Media Arts Festival, Charlottetown 2014

En temps et lieu


De Louis-Philippe Chiasson et Sébastien Émard
Carte tirée : Fais toi masser le cou/Get your neck massaged


Fais quelque chose d’ennuyeux / Do something boring

Fait quelque-chose d'ennuyeux / Do something boring from FICFA on Vimeo.



Sarah Brideau et Domenic Bro
Carte tirée : Fais quelque chose d’ennuyeux / Do something boring

Pour en connaitre davantage sur le VAM, cliquez ici.